Rotator Placeholder Image
 

En Vaucluse 84 450
Provence Côte d'Azur


    Vos commentaires sur notre livre d'or

    La plupart des informations utilisées dans ce site sont tirées du livre Histoire de Saint-Saturnin lès Avignon, paru en 1970,écrit par
     Jean Mounition

    Tous droits réservés.

    Recherche et rédaction
    Jean Felix Perdiguier


    Site design
    MJ Schiavon


Histoire de clocher

La cloche Meïane   (moyenne)

        La seconde cloche de notre église serait ici depuis 1622 ayant été fondue à cette date, refondue une première fois en 1726 et encore une fois en 1887. c’est Maître Burdin, fondeur à Lyon, qui se chargea de ce travail en 1887 et pour la somme de 550 francs or. La cloche livrée sur gare de départ de Lyon et avec garantie de deux ans contre tout vice de fabrication.
       Le détail de la refonte en 1726 est très intéressant.     Le 5 mai 1726, l’assemblée communale décide d’établir une cote de 20 sols sur chaque chef de maison pour couvrir la dépense de la refonte de la seconde cloche « appelée la Meïane ».
       Des pourparlers furent engagés avec Maître Germain, fondeur à Carpentras, au sujet de cette refonte; ces pourparlers furent sans résultats puisque le 13 mai 1726, Maître Antoine-Joseph Alibert reçoit d’Etienne Estellon, un des consuls, la somme de 30 livres et 10 sols pour acompte du prix de la cloche qu’il doit refondre.  Ce même jour fut signé l’acte de bail avec Maître Alibert et pour le prix « de huictante écus Roy» (ou 250 livres environ),
         Quelques petits frais s’ajoutent à ces dépenses principales: 5 journées de consuls à 20 sous l’une
1° pour la mise aux enchères de la fonte de la cloche;
2° pour aller demander à MM. du Chapitre de Saint-Didier, la permission de la fondre dans la basse-cour du Chapitre (ce qui suppose que cette refonte eut lieu ici à Saint-Saturnin) ; Le chapitre possédait la maison jouxtant le cimetière)
3° pour aller demander à Madame la marquise de Gadagne, de bien vouloir être la marraine de la cloche ;
4° pour demander la permission de l’archevêque pour la bénir;
5° pour faire venir M. Favenas, maistre fondeur d’Avignon, pour reconnaître ou expertiser la cloche.
      Le 30 mai 1726, tout devait être terminé. On paie, en effet, ce jour (. 3 voyages à Louis Mounition soit à Avignon soit à l’Isle pour avoir une grosse roumane pour peser la cloche et avec une mule pour porter la roumane et ce à 20 sous par voyage et 20 sous pour louer la roumane soit en tout 4 livres. »
      Enfin, le 7 juin 1726, Maître Antoine Alibert reçoit encore 108 livres pour travail et 45 livres pour l’augmentation du poids du métal de la cloche.

cloche


cloche
sceau